"Food & Mood ": la "Nutri-psychiatrie" ajoute une touche scientifique à l'alimentation de confort


Le domaine émergent de la psychiatrie nutritionnelle ajoute une touche scientifique à l'idée que la nourriture peut avoir un effet positif sur notre humeur. Quels sont les ingrédients les plus prometteurs et dans quelle mesure les consommateurs sont-ils réceptifs ?

L'émergence de la psychiatrie nutritionnelle

Le "Food & Mood Center" de l'université de Deakin en Australie est un centre de recherche spécialisé dans le domaine naissant de la psychiatrie nutritionnelle. Alors que le concept d'alimentation de confort montre comment les gens comprennent intuitivement le lien entre l'alimentation et l'humeur, la science commence tout juste à rattraper son retard, selon le Dr Sarah R Dash, chercheur en nutrition et membre honoraire du centre.

    "[...] des études menées en Espagne, en Norvège, en Australie et aux États-Unis ont toutes montré que suivre un régime alimentaire sain et "traditionnel", composé d'aliments que nous savons être bons pour nous - fruits et légumes colorés, céréales complètes, légumineuses et graisses saines - est protecteur de la santé mentale", écrit Dr Dash. "La mauvaise nouvelle, qui n'est peut-être pas surprenante, est que l'inverse semble également vrai : les aliments malsains et transformés ne sont pas seulement mauvais pour notre taille ou notre cœur, mais aussi pour notre santé mentale".

Le Food & Mood Center donne cinq conseils alimentaires simples aux personnes qui souhaitent gérer leur santé mentale par l'alimentation.

Il conseille:

- de suivre des régimes alimentaires "traditionnels", tels que les régimes méditerranéen, norvégien ou japonais ;

- d'augmenter leur consommation de fruits, légumes, légumineuses, céréales complètes, noix et graines ;

- de limiter la consommation d'aliments ultra-traités ;

- de manger des aliments nutritifs et sains à chaque repas et en-cas,

- de commencer "petit" pour des changements durables.

Le public n'a jamais été aussi conscient des liens entre certains aliments et le stress, la détente et le sommeil. Malgré cet intérêt, d'innombrables entreprises n'ont pas réussi à commercialiser des produits alimentaires apportant un bienfait sur l'humeur au cours des dix dernières années.

Les 5 défis pour développer de nouveaux produits !

Selon Julian Mellentin, fondateur de la société de conseil en industrie alimentaire New Nutrition Business, les marques alimentaires sont confrontées à un défi de taille car elles doivent trouver un ingrédient répondant à cinq critères spécifiques.

  1. l'ingrédient en question doit être légal ;
  2. , les fabricants doivent être autorisés à l'utiliser dans un dosage suffisant pour apporter le bénéfice promis ;
  3. il doit avoir bon goût ;
  4. les consommateurs doivent également ressentir un bénéfice tangible ;
  5. et, enfin, il doit avoir un "sens" dans le produit.


    "Les grains de café dans un snack-bar ou une boisson seront faciles à accepter, mais quelque chose de moins commu comme la L-théanine échouera à ce test", explique Mellentin.

Il existe néanmoins quelques exemples de réussite, dont le "chocolat GABA pour l'équilibre mental" de la société de confiserie japonaise Ezaki Glico, qui permet de réduire le stress. Lancée en 2005, la barre de chocolat contient 280 mg d'acide gamma-amino-butyrique (GABA) par 100 g, soit environ 25 fois plus que les 9 mg de chocolat standard, et la marque génère environ 50 millions de dollars (45 millions d'euros) de ventes au détail par an.
 
    À court terme, ce sont les aliments considérés par les consommateurs comme des "stimulateurs naturels de l'humeur" qui continueront à être les plus bénéfiques, ainsi que certaines des tendances "régimes sans...", toutes alimentées par un nouveau corpus scientifique soutenant la "nutri-psychiatrie".

Les fabricants qui souhaitent tirer parti des tendances "Régime d’éviction" peuvent réduire la teneur en sucre et en glucides de leurs produits tout en se concentrant sur leur profil de transformation minimale.

Parallèlement, ils peuvent aussi se concentrer sur les "boosters d'humeur naturels" établis contenant des graisses saines telles que les oméga-3 (présents dans le poisson, les noix, les graines et les avocats) et des aliments qui respectent l'intestin (produits fermentés tels que le kéfir, le kombucha et les probiotiques).

Application des résultats aux aliments emballés

Les nootropiques, des substances dont on dit qu'elles améliorent les fonctions cognitives ou les performances mentales chez les personnes en bonne santé, et qui sont le plus souvent utilisées pour stimuler la mémoire, la concentration et la créativité, suscitent également l'intérêt des consommateurs, avec des sources naturelles comme les vitamines B oméga-3, la caféine, le tryptophane, la L-théanine et l'huile de CBD.

Le Food & Mood Center de l'université de Deakin ne recommande pas explicitement de choisir un en-cas nootropique conditionné pour la santé cognitive.

Néanmoins, de tels produits pourraient-ils être bénéfiques s'ils ont une liste simple d'ingrédients alimentaires complets ou s'ils sont enrichis de nutriments ajoutés tels que les polyphénols ?

Une étude publiée en 2016 a montré que les femmes qui ont un régime alimentaire riche en plusieurs types de flavonoïdes, un groupe spécifique de polyphénols appelés flavonoïdes présents dans des aliments tels que les oranges, les baies et le cacao, présentent un risque moindre de dépression.

Cela peut être possible, selon Helena Gibson-Moore, scientifique en nutrition à la British Nutrition Foundation.

    "Outre le goût, l'apparence et le prix, les consommateurs attendent de plus en plus des aliments que nous mangeons qu'ils soient perçus comme "sains" et préfèrent les produits "naturels" aux produits "transformés"", explique-t-elle à Fi Global Insights. "Comme les consommateurs sont peut-être plus conscients des avantages pour la santé associés à la consommation de polyphénols, l'enrichissement des aliments en polyphénols pourrait être bien accueilli".

Toutefois, Mme Gibson-Moore exprime également son inquiétude quant à l'idée d'enrichir les aliments transformés avec quelques composants sains sélectionnés, car les individus peuvent choisir de remplacer des aliments entiers sains tels que les fruits et légumes par des produits emballés. Même si ces produits transformés ont été formulés pour avoir un profil nutritionnel sain, les ingrédients peuvent manquer de certains avantages qui proviennent du fait de suivre un régime alimentaire sain, comme la consommation de fibres ou d'autres nutriments et composés bioactifs potentiellement en interaction dans la matrice alimentaire, ajoute-t-elle.

L'importance des allégations scientifiquement étayées

En tout état de cause, les marques qui commercialisent des produits "Food for mood" doivent investir dans la recherche scientifique pour étayer leurs allégations.

La marque néo-zélandaise Ārepamakes est une boisson nootropique à base de cassis de Nouvelle-Zélande (qu'elle appelle "neuroberges"), qui sont riches en polyphénols et en anthocyanines, et de thé vert pour l'acide aminé L-théanine.

La start-up a passé plus de cinq ans à développer la formule et affirme que si les consommateurs ont des doutes sur la science qui se cache derrière la boisson, c'est en raison des années de marketing trompeur de la part de "Big Food".

    "Nous savions que lorsque nous avons commencé, nous serions confrontés à un certain scepticisme en raison du marketing trompeur des multinationales qui vendent de la caféine et du sucre comme solution idéale pour optimiser les performances cognitives", explique-t-elle. "Nous continuons donc à rechercher, tester et développer notre formule, tout en utilisant une technologie alimentaire de pointe pour garantir l'efficacité de nos produits".

Elle travaille actuellement avec l'école de psychologie de l'université d'Auckland pour évaluer les performances neurocognitives et l'activité des ondes cérébrales de la boisson Ārepaaffects dans le cadre d'un essai croisé randomisé contrôlé par placebo.

Bien qu'il s'agisse d'une niche et d'un domaine naissant, la catégorie des "aliments pour la bonne humeur" suscite déjà l'intérêt des grands acteurs. Mondelez, par exemple, a investi dans la marque prébiotique Uplift Foods dont la poudre de complément alimentaire "psychobiotique" contient des fibres et de l'amidon résistant provenant de la farine de banane verte, du topinambour, du tapioca et du lupin. Selon le site web de l'entreprise, 90 % de la sérotonine, hormone "élévatrice d'humeur", se trouve dans l'intestin, ce qui souligne l'importance de la connexion entre l'intestin et l'humeur.

Mais cela nous le savions déjà ...

Inspiré et traduit de:

| Oct 22, 2020 sur https://insights.figlobal.com

 

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇

CADEAU * : une cure de 3 mois - 100 gélules de Vitamine D pour toute commande supérieure à 69 €.

Pour bénéficier de l'offre, mettez au panier un ou plusieurs produits d'une valeur supérieure à 69€ et ajoutez au panier une cure de Vitamine D . Celui-ci ne vous sera pas facturé.

Non cumulable avec d'autres codes ou actions en cours.

Nutri-Bay.com utilise des cookies pour offrir la meilleure expérience utilisateur. Merci d'accepter les cookies pour poursuivre la découverte de notre site
Merci, c'est enregistré !